Les orgues de  Paris
ORGUES DE PARIS 2.0 © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL A-C

Crématorium du

Père-Lachaise

Salle de la Coupole

16, rue du Repos, 75020 Paris

1936 - Cavaillé-Coll-Pleyel

1960 - Chéron

1979 - Barbéris

1991 - Dargassies

II/21 (17) - Transmissions électriques - composition

Il n’y a aucun tuyaux visibles, ce sont 2 boîtes expressives de part et d’autre du Choeur. Le grand orgue à gauche et le récit à droite (côte console). Photo’s 2-3-4: Jorris Sauquet
La salle de la Coupole du crématorium du Père- Lachaise construite à la fin du 19ème siècle est inscrite sur l’inventaire des Monuments Historiques. Cet édifice complètement laïc se compose d’une salle (avec coupole) pouvant faire office de lieu de culte et de 4 ailes formant le columbarium où sont déposées les urnes funéraires. L’édifice abritant la salle réservée aux cérémonies est de style néo-byzantin, sa nef est à base carrée, surmontée d’un vaste dôme formant une coupole percée de 8 baies cintrées. De très beaux vitraux aux motifs non figuratifs diffusent une lumière apaisante. Lasalle comporte 3 absides surélevées, une centrale et les deux autres latérales. Une mosaïque recouvre l’abside centrale et représente un paysage imaginaire sous un ciel étoilé. La salle de la Coupole possède un orgue construit par la maison Cavaillé-Coll-Pleyel en 1936 sur la base d’une composition établie par l’organiste Marcel Dupré. L’orgue est constitué de deux chambres placées dans les hauteurs des absides latérales de gauche et de droite. Seuls les volets (jalousies) des deux boites expressives visibles en façade se fondent dans la paroi murale par la couleur (voir photo). En 1979, le facteur d’orgues Jacques Barberis effectue un relevage complet et améliore l’harmonie. En 1991, l’orgue est à nouveau amélioré la demande de son titulaire par le facteur Bernard Dargassies. Certains jeux sont alors retouchés ou transformés. L’orgue possède 2 claviers et pédalier, des transmissions totalement électriques, une console cachée au fond de l’abside de droite, 21 jeux dont 17 réels. (texte: Thierry Correard)
Les orgues de Paris

Crématorium du

Père-Lachaise

Salle de la Coupole

16, rue du Repos, 75020 Paris

1936 - Cavaillé-Coll-Pleyel

1960 - Chéron

1979 - Barbéris

1991 - Dargassies

II/21 (17) - Transmissions électriques -

composition

Il n’y a aucun tuyaux visibles, ce sont 2 boîtes expressives de part et d’autre du Choeur. Le grand orgue à gauche et le récit à droite (côte console). Photo’s 2-3-4: Jorris Sauquet
ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt ACCUEIL A-Z
La salle de la Coupole du crématorium du Père-Lachaise construite à la fin du 19ème siècle est inscrite sur l’inventaire des Monuments Historiques. Cet édifice complètement laïc se compose d’une salle (avec coupole) pouvant faire office de lieu de culte et de 4 ailes formant le columbarium où sont déposées les urnes funéraires. L’édifice abritant la salle réservée aux cérémonies est de style néo-byzantin, sa nef est à base carrée, surmontée d’un vaste dôme formant une coupole percée de 8 baies cintrées. De très beaux vitraux aux motifs non figuratifs diffusent une lumière apaisante. Lasalle comporte 3 absides surélevées, une centrale et les deux autres latérales. Une mosaïque recouvre l’abside centrale et représente un paysage imaginaire sous un ciel étoilé. La salle de la Coupole possède un orgue construit par la maison Cavaillé-Coll-Pleyel en 1936 sur la base d’une composition établie par l’organiste Marcel Dupré. L’orgue est constitué de deux chambres placées dans les hauteurs des absides latérales de gauche et de droite. Seuls les volets (jalousies) des deux boites expressives visibles en façade se fondent dans la paroi murale par la couleur (voir photo). En 1979, le facteur d’orgues Jacques Barberis effectue un relevage complet et améliore l’harmonie. En 1991, l’orgue est à nouveau amélioré la demande de son titulaire par le facteur Bernard Dargassies. Certains jeux sont alors retouchés ou transformés. L’orgue possède 2 claviers et pédalier, des transmissions totalement électriques, une console cachée au fond de l’abside de droite, 21 jeux dont 17 réels. (texte: Thierry Correard)